skip to content
La cour des grands : roman Preview this item
ClosePreview this item
Checking...

La cour des grands : roman

Author: Jacques-Etienne Bovard
Publisher: Orbe : B. Campiche, 2010.
Edition/Format:   Print book : FrenchView all editions and formats
Summary:
Roman d'humour
Rating:

(not yet rated) 0 with reviews - Be the first.

Find a copy in the library

&AllPage.SpinnerRetrieving; Finding libraries that hold this item...

Details

Document Type: Book
All Authors / Contributors: Jacques-Etienne Bovard
ISBN: 9782882412706 2882412703
OCLC Number: 717802309
Notes: Roman d'humour.
Description: 311 p
Responsibility: Jacques-Etienne Bovard.
More information:

Abstract:

Roman d'humour

Une nuit, comme mon adjoint Rodriguez était allé rejoindre une dame, je me suis posté à la réception-bar du garage, où un ordinateur clignotait, et me suis mis à écrire une histoire, comme ça, pour voir ce que ça faisait, un oeil sur les Lamborghini et autres babioles exposées.Au retour du cavaleur, peu après l'aube, j'avais les douze premières pages de Lu Chute à l'envers. Je me sentais bien. Cela faisait un moment que cette histoire me mijotait clans le fond de la tête, et que d'autre part j'épluchais les tourniquets à bouquins du supermarché voisin. Une maison d'édition nommée Weekend, en particulier, présentait une ribambelle de petits volumes souples, aux couvertures pimpantes, deux cents pages aérées, qu'un public divers jetait souvent par deux ou trois dans son caddie, parmi les légumes et les boîtes.Les titres se renouvelaient sans cesse. Il fallait bien des gens pour les écrire, qui évidemment n'étaient pas des écrivains : des amateurs, des débutants, des refusés, des modestes, enfin des gens, quoi, pareils à mes Aînés qui mouillaient vaillamment leur kimono pour obtenir la ceinture jaune. Nom de Dieu, alors pourquoi pas moi ?

Une nuit, comme mon adjoint Rodriguez était allé rejoindre une dame, je me suis posté à la réception-bar du garage, où un ordinateur clignotait, et me suis mis à écrire une histoire, comme ça, pour voir ce que ça faisait, un oeil sur les Lamborghini et autres babioles exposées. Au retour du cavaleur, peu après l'aube, j'avais les douze premières pages de Lu Chute à l'envers. Je me sentais bien. Cela faisait un moment que cette histoire me mijotait clans le fond de la tête, et que d'autre part j'épluchais les tourniquets à bouquins du supermarché voisin. Une maison d'édition nommée Weekend, en particulier, présentait une ribambelle de petits volumes souples, aux couvertures pimpantes, deux cents pages aérées, qu'un public divers jetait souvent par deux ou trois dans son caddie, parmi les légumes et les boîtes. Les titres se renouvelaient sans cesse. Il fallait bien des gens pour les écrire, qui évidemment n'étaient pas des écrivains : des amateurs, des débutants, des refusés, des modestes, enfin des gens, quoi, pareils à mes Aînés qui mouillaient vaillamment leur kimono pour obtenir la ceinture jaune. Nom de Dieu, alors pourquoi pas moi ?

Une nuit, comme mon adjoint Rodriguez était allé rejoindre une dame, je me suis posté à la réception-bar du garage, où un ordinateur clignotait, et me suis mis à écrire une histoire, comme ça, pour voir ce que ça faisait, un oeil sur les Lamborghini et autres babioles exposées. Au retour du cavaleur, peu après l'aube, j'avais les douze premières pages de Lu Chute à l'envers. Je me sentais bien. Cela faisait un moment que cette histoire me mijotait clans le fond de la tête, et que d'autre part j'épluchais les tourniquets à bouquins du supermarché voisin. Une maison d'édition nommée Weekend, en particulier, présentait une ribambelle de petits volumes souples, aux couvertures pimpantes, deux cents pages aérées, qu'un public divers jetait souvent par deux ou trois dans son caddie, parmi les légumes et les boîtes. Les titres se renouvelaient sans cesse. Il fallait bien des gens pour les écrire, qui évidemment n'étaient pas des écrivains : des amateurs, des débutants, des refusés, des modestes, enfin des gens, quoi, pareils à mes Aînés qui mouillaient vaillamment leur kimono pour obtenir la ceinture jaune. Nom de Dieu, alors pourquoi pas moi ?

Au cours d'un festival de littérature francophone, un Grand Maître ès Lettres et quelques écrivaillons suisses vont passer de délirantes journées : au mépris affiché de l'un réplique la maladresse des autres, tout ce petit monde mettant les organisateurs dans un grand embarras. Ce règlement de comptes conduira cependant à quelques bien utiles prises de conscience. Cette lecture jouissive vous amènera sans doute au désir pressant de redécouvrir? Cendrars, le propre des bons romans étant d'ouvrir le lecteur à de vastes horizons !

Le point de vue de l'éditeur Une nuit, comme mon adjoint Rodriguez était allé rejoindre une dame, je me suis posté à la réception-bar du garage, où un ordinateur clignotait, et me suis mis à écrire une histoire, comme ça, pour voir ce que ça faisait, un oeil sur les Lamborghini et autres babioles exposées. Au retour du cavaleur, peu après l'aube, j'avais les douze premières pages de Lu Chute à l'envers. Je me sentais bien. Cela faisait un moment que cette histoire me mijotait clans le fond de la tête, et que d'autre part j'épluchais les tourniquets à bouquins du supermarché voisin. Une maison d'édition nommée Weekend, en particulier, présentait une ribambelle de petits volumes souples, aux couvertures pimpantes, deux cents pages aérées, qu'un public divers jetait souvent par deux ou trois dans son caddie, parmi les légumes et les boîtes. Les titres se renouvelaient sans cesse. Il fallait bien des gens pour les écrire, qui évidemment n'étaient pas des écrivains : des amateurs, des débutants, des refusés, des modestes, enfin des gens, quoi, pareils à mes Aînés qui mouillaient vaillamment leur kimono pour obtenir la ceinture jaune. Nom de Dieu, alors pourquoi pas moi ? Biographie[s] d'auteur[s] Devenu l'un des romanciers parmi les plus reconnus de Suisse romande, Jacques-Etienne Bovard, né en 1961, enseigne à Lausanne et vit à Carrouge (VD)

Reviews

User-contributed reviews
Retrieving GoodReads reviews...
Retrieving DOGObooks reviews...

Tags

Be the first.
Confirm this request

You may have already requested this item. Please select Ok if you would like to proceed with this request anyway.

Linked Data


Primary Entity

<http://www.worldcat.org/oclc/717802309> # La cour des grands : roman
    a schema:CreativeWork, schema:Book ;
   library:oclcnum "717802309" ;
   library:placeOfPublication <http://experiment.worldcat.org/entity/work/data/891610590#Place/orbe> ; # Orbe
   library:placeOfPublication <http://id.loc.gov/vocabulary/countries/sz> ;
   schema:bookFormat bgn:PrintBook ;
   schema:creator <http://viaf.org/viaf/84478123> ; # Jacques-Etienne Bovard
   schema:datePublished "2010" ;
   schema:description "Au cours d'un festival de littérature francophone, un Grand Maître ès Lettres et quelques écrivaillons suisses vont passer de délirantes journées : au mépris affiché de l'un réplique la maladresse des autres, tout ce petit monde mettant les organisateurs dans un grand embarras. Ce règlement de comptes conduira cependant à quelques bien utiles prises de conscience. Cette lecture jouissive vous amènera sans doute au désir pressant de redécouvrir? Cendrars, le propre des bons romans étant d'ouvrir le lecteur à de vastes horizons !"@fr ;
   schema:description "Une nuit, comme mon adjoint Rodriguez était allé rejoindre une dame, je me suis posté à la réception-bar du garage, où un ordinateur clignotait, et me suis mis à écrire une histoire, comme ça, pour voir ce que ça faisait, un oeil sur les Lamborghini et autres babioles exposées.Au retour du cavaleur, peu après l'aube, j'avais les douze premières pages de Lu Chute à l'envers. Je me sentais bien. Cela faisait un moment que cette histoire me mijotait clans le fond de la tête, et que d'autre part j'épluchais les tourniquets à bouquins du supermarché voisin. Une maison d'édition nommée Weekend, en particulier, présentait une ribambelle de petits volumes souples, aux couvertures pimpantes, deux cents pages aérées, qu'un public divers jetait souvent par deux ou trois dans son caddie, parmi les légumes et les boîtes.Les titres se renouvelaient sans cesse. Il fallait bien des gens pour les écrire, qui évidemment n'étaient pas des écrivains : des amateurs, des débutants, des refusés, des modestes, enfin des gens, quoi, pareils à mes Aînés qui mouillaient vaillamment leur kimono pour obtenir la ceinture jaune. Nom de Dieu, alors pourquoi pas moi ?"@fr ;
   schema:description "Roman d'humour"@fr ;
   schema:description "Une nuit, comme mon adjoint Rodriguez était allé rejoindre une dame, je me suis posté à la réception-bar du garage, où un ordinateur clignotait, et me suis mis à écrire une histoire, comme ça, pour voir ce que ça faisait, un oeil sur les Lamborghini et autres babioles exposées. Au retour du cavaleur, peu après l'aube, j'avais les douze premières pages de Lu Chute à l'envers. Je me sentais bien. Cela faisait un moment que cette histoire me mijotait clans le fond de la tête, et que d'autre part j'épluchais les tourniquets à bouquins du supermarché voisin. Une maison d'édition nommée Weekend, en particulier, présentait une ribambelle de petits volumes souples, aux couvertures pimpantes, deux cents pages aérées, qu'un public divers jetait souvent par deux ou trois dans son caddie, parmi les légumes et les boîtes. Les titres se renouvelaient sans cesse. Il fallait bien des gens pour les écrire, qui évidemment n'étaient pas des écrivains : des amateurs, des débutants, des refusés, des modestes, enfin des gens, quoi, pareils à mes Aînés qui mouillaient vaillamment leur kimono pour obtenir la ceinture jaune. Nom de Dieu, alors pourquoi pas moi ?"@fr ;
   schema:description "Le point de vue de l'éditeur Une nuit, comme mon adjoint Rodriguez était allé rejoindre une dame, je me suis posté à la réception-bar du garage, où un ordinateur clignotait, et me suis mis à écrire une histoire, comme ça, pour voir ce que ça faisait, un oeil sur les Lamborghini et autres babioles exposées. Au retour du cavaleur, peu après l'aube, j'avais les douze premières pages de Lu Chute à l'envers. Je me sentais bien. Cela faisait un moment que cette histoire me mijotait clans le fond de la tête, et que d'autre part j'épluchais les tourniquets à bouquins du supermarché voisin. Une maison d'édition nommée Weekend, en particulier, présentait une ribambelle de petits volumes souples, aux couvertures pimpantes, deux cents pages aérées, qu'un public divers jetait souvent par deux ou trois dans son caddie, parmi les légumes et les boîtes. Les titres se renouvelaient sans cesse. Il fallait bien des gens pour les écrire, qui évidemment n'étaient pas des écrivains : des amateurs, des débutants, des refusés, des modestes, enfin des gens, quoi, pareils à mes Aînés qui mouillaient vaillamment leur kimono pour obtenir la ceinture jaune. Nom de Dieu, alors pourquoi pas moi ? Biographie[s] d'auteur[s] Devenu l'un des romanciers parmi les plus reconnus de Suisse romande, Jacques-Etienne Bovard, né en 1961, enseigne à Lausanne et vit à Carrouge (VD)"@fr ;
   schema:exampleOfWork <http://worldcat.org/entity/work/id/891610590> ;
   schema:inLanguage "fr" ;
   schema:name "La cour des grands : roman"@fr ;
   schema:productID "717802309" ;
   schema:publication <http://www.worldcat.org/title/-/oclc/717802309#PublicationEvent/orbe_b_campiche_2010> ;
   schema:publisher <http://experiment.worldcat.org/entity/work/data/891610590#Agent/b_campiche> ; # B. Campiche
   schema:workExample <http://worldcat.org/isbn/9782882412706> ;
   wdrs:describedby <http://www.worldcat.org/title/-/oclc/717802309> ;
    .


Related Entities

<http://viaf.org/viaf/84478123> # Jacques-Etienne Bovard
    a schema:Person ;
   schema:familyName "Bovard" ;
   schema:givenName "Jacques-Etienne" ;
   schema:name "Jacques-Etienne Bovard" ;
    .

<http://worldcat.org/isbn/9782882412706>
    a schema:ProductModel ;
   schema:isbn "2882412703" ;
   schema:isbn "9782882412706" ;
    .


Content-negotiable representations

Close Window

Please sign in to WorldCat 

Don't have an account? You can easily create a free account.