pular para conteúdo
L'énigme du don Ver prévia deste item
FecharVer prévia deste item
Checando...

L'énigme du don

Autor: Maurice Godelier
Editora: Paris : Fayard, ©1996.
Edição/Formato   Print book : FrancêsVer todas as edições e formatos
Base de Dados:WorldCat
Resumo:
Pourquoi doit-on donner, pourquoi doit-on accepter ce que l'on vous donne et, quand on a accepté, pourquoi faut-il rendre? Cet ouvrage évalue le rôle et l'importance du don dans le fonctionnement des sociétés et dans la constitution du lien social. Le terrain, bien entendu, n'était pas vierge : Marcel Mauss, le premier, l'avait défriché allant jusqu'à avancer l'idée que si les choses données sont rendues,  Ler mais...
Classificação:

(ainda não classificado) 0 com críticas - Seja o primeiro.

Assuntos
Mais como este

 

Encontrar uma cópia na biblioteca

&AllPage.SpinnerRetrieving; Encontrando bibliotecas que possuem este item...

Detalhes

Pessoa Denominada: Marcel Mauss; Marcel Mauss; Marcel Mauss
Tipo de Documento: Livro
Todos os Autores / Contribuintes: Maurice Godelier
ISBN: 221359693X 9782213596938
Número OCLC: 34885850
Descrição: 315 pages ; 24 cm
Conteúdos: Des choses qu'on donne, des choses qu'on vend et de celles qu'il ne faut ni donner ni vendre, qu'il faut garder ---
Le legs de Mauss ---
L'éclat d'une grande œuvre et ses ombres ---
Des objets-substituts des hommes et des dieux ---
Objets sacrés, objets précieux et objets-monnaie chez les Baruya de Nouvelle-Guinée ---
Hypothèses sur l'apparition et le développement des sociétés à Potlatch ---
Le sacré ---
Le don dés-enchanté.
Responsabilidade: Maurice Godelier.

Resumo:

Pourquoi doit-on donner, pourquoi doit-on accepter ce que l'on vous donne et, quand on a accepté, pourquoi faut-il rendre? Cet ouvrage évalue le rôle et l'importance du don dans le fonctionnement des sociétés et dans la constitution du lien social. Le terrain, bien entendu, n'était pas vierge : Marcel Mauss, le premier, l'avait défriché allant jusqu'à avancer l'idée que si les choses données sont rendues, c'est qu'il y a dans la chose donnée un esprit qui la pousse à revenir entre les mains de son donateur originaire. L'hypothèse valut à Mauss la critique sévère de Claude Lévi-Strauss, qui lui reprocha d'avoir pris une théorie indigène pour une théorie scientifique et d'avoir manqué de reconnaître pleinement le fait que la société humaine entière est échange et que pour en comprendre le sens, il faut partir du symbolique et de sa primauté sur l'imaginaire et le réel. La perspective générale adoptée par Maurice Godelier renouvelle profondément notre compréhension du don. Il analyse en effet les choses qu'on donne ou celles qu'on vend à partir des choses qu'on ne donne pas ou ne vend pas, des choses qu'on garde et que l'on doit garder, au premier rang, desquels les objets sacrés. Réanalysant les pratiques du potlatch et du kula sur lesquelles Mauss s'était appuyé, il montre que les énigmes auxquelles Mauss a été confronté se dissipent lorsque l'on comprend qu'il est tout à la fois possible de donner un objet et de le garder. Ce qui est donné, c'est le droit d'en user pour d'autres donc, ce qui est gardé c'est la propriété, inaliénable. Mais il faut encore expliquer pourquoi cette règle de droit s'applique aux objets précieux qu'on donne et non aux objets sacrés qu'on garde. La chose s'éclaire lorsqu'on fait apparaître ce qui est enfoui dans l'objet, l'imaginaire associé au pouvoir. Il apparaît donc que toute société renferme deux ensembles de réalités : les unes, soustraites à l'échange, aux dons, au marché, constituent autant de points fixes nécessaires pour que les autres circulent. Et c'est précisément la redéfinition des ancrages fondamentaux du fait social qui constituent la tâche majeure de la pensée politique aujourd'hui. -- Back cover.

Críticas

Críticas contribuídas por usuários
Recuperando críticas GoodReas...
Recuperando comentários DOGObooks

Etiquetas

Seja o primeiro.
Confirmar esta solicitação

Você já pode ter solicitado este item. Por favor, selecione Ok se gostaria de proceder com esta solicitação de qualquer forma.

Dados Ligados


<http://www.worldcat.org/oclc/34885850>
library:oclcnum"34885850"
library:placeOfPublication
library:placeOfPublication
rdf:typeschema:Book
schema:about
schema:about
schema:about
schema:about
schema:about
schema:about
schema:about
<http://id.worldcat.org/fast/1432131>
rdf:typeschema:Intangible
schema:name"Baruya (peuple de Papouasie-Nouvelle-Guinée)"
schema:about
schema:about
schema:about
schema:about
schema:about
schema:about
schema:about
schema:copyrightYear"1996"
schema:creator
schema:datePublished"1996"
schema:description"Des choses qu'on donne, des choses qu'on vend et de celles qu'il ne faut ni donner ni vendre, qu'il faut garder --- Le legs de Mauss --- L'éclat d'une grande œuvre et ses ombres --- Des objets-substituts des hommes et des dieux --- Objets sacrés, objets précieux et objets-monnaie chez les Baruya de Nouvelle-Guinée --- Hypothèses sur l'apparition et le développement des sociétés à Potlatch --- Le sacré --- Le don dés-enchanté."
schema:description"Pourquoi doit-on donner, pourquoi doit-on accepter ce que l'on vous donne et, quand on a accepté, pourquoi faut-il rendre? Cet ouvrage évalue le rôle et l'importance du don dans le fonctionnement des sociétés et dans la constitution du lien social. Le terrain, bien entendu, n'était pas vierge : Marcel Mauss, le premier, l'avait défriché allant jusqu'à avancer l'idée que si les choses données sont rendues, c'est qu'il y a dans la chose donnée un esprit qui la pousse à revenir entre les mains de son donateur originaire. L'hypothèse valut à Mauss la critique sévère de Claude Lévi-Strauss, qui lui reprocha d'avoir pris une théorie indigène pour une théorie scientifique et d'avoir manqué de reconnaître pleinement le fait que la société humaine entière est échange et que pour en comprendre le sens, il faut partir du symbolique et de sa primauté sur l'imaginaire et le réel. La perspective générale adoptée par Maurice Godelier renouvelle profondément notre compréhension du don. Il analyse en effet les choses qu'on donne ou celles qu'on vend à partir des choses qu'on ne donne pas ou ne vend pas, des choses qu'on garde et que l'on doit garder, au premier rang, desquels les objets sacrés. Réanalysant les pratiques du potlatch et du kula sur lesquelles Mauss s'était appuyé, il montre que les énigmes auxquelles Mauss a été confronté se dissipent lorsque l'on comprend qu'il est tout à la fois possible de donner un objet et de le garder. Ce qui est donné, c'est le droit d'en user pour d'autres donc, ce qui est gardé c'est la propriété, inaliénable. Mais il faut encore expliquer pourquoi cette règle de droit s'applique aux objets précieux qu'on donne et non aux objets sacrés qu'on garde. La chose s'éclaire lorsqu'on fait apparaître ce qui est enfoui dans l'objet, l'imaginaire associé au pouvoir. Il apparaît donc que toute société renferme deux ensembles de réalités : les unes, soustraites à l'échange, aux dons, au marché, constituent autant de points fixes nécessaires pour que les autres circulent. Et c'est précisément la redéfinition des ancrages fondamentaux du fait social qui constituent la tâche majeure de la pensée politique aujourd'hui. -- Back cover."
schema:exampleOfWork<http://worldcat.org/entity/work/id/23524966>
schema:inLanguage"fr"
schema:name"L'énigme du don"
schema:publication
schema:publisher
schema:workExample
wdrs:describedby

Content-negotiable representations

Close Window

Por favor, conecte-se ao WorldCat 

Não tem uma conta? Você pode facilmente criar uma conta gratuita.