Front cover image for Modélisation du comportement des composites à fibres courtes non-alignées en dynamique

Modélisation du comportement des composites à fibres courtes non-alignées en dynamique

L'utilisation de composites à matrice thermoplastique renforcée par fibres courtes (TRFC) connait une forte croissance pour une large gamme d'applications industrielles pour des conditions de chargement extrêmes (e.g. pare-chocs d'automobiles). Il est donc indispensable de développer des modèles de comportement des TRFC tenant compte des spécificités du matériau pour une large gamme de vitesse de déformation. Toutefois, le comportement de ces composites est complexe. Cette complexité est due, en premier lieu, au comportement viscoélastique (VE)-viscoplastique (VP) de la matrice avec une sensibilité à la pression. A cela s'ajoute les caractéristiques complexes du renfort en termes de distributions d'orientation des fibres courtes. De plus, le comportement de ces composites est affecté par des phénomènes d'endommagement coexistants (e.g. endommagement de la matrice et décohésion l'interface fibre/matrice). Dans ce travail, un modèle permettant la prise en compte de l'ensemble de ces phénomènes est proposé. Sa formulation est basée sur la décomposition du matériau en un milieu matriciel et plusieurs milieux de fibres, sur la base d'une décomposition additive du potentiel thermodynamique. Cette approche permet une implémentation simplifiée avec une résolution successive (mais non indépendante) du comportement de chaque milieu. Un avantage immédiat est la possibilité de prendre en compte tout type de comportement matriciel et tout type d'orientation. L'interface fibre/matrice, siège de la transmission de l'effort est modélisée par un transfert par cisaillement, avec sur une hypothèse locale d'iso-déformation dans la direction de la fibre. L'endommagement ductile de la matrice est pris en compte par un modèle d'endommagement anisotrope. La dégradation de l'interface fibre/matrice est décrite par un modèle de décohésion initiée en pointe de fibres. Un critère de rupture se basant sur le taux maximal de vide crée par décohésion est enfin introduit. La caractérisation du modèle est basée sur des campagnes d'essais quasi-statiques et dynamiques pour le cas de polypropylène pur et renforcé par fibres courtes de verre, à différents angles de chargement par rapport à la direction d'injection. Ces essais sont complétés par des observations au microtomographe permettant la caractérisation des distributions d'orientation locale des fibres. Des observations au MEB ont enfin permis de constater une éventuelle influence de la vitesse de sollicitation sur les mécanismes d'endommagement
Computer Program, English, 2017