Front cover image for Analyse des fluctuations discrètes du courant d'obscurité dans les imageurs à semi-conducteurs à base de silicium et Antimoniure d'Indium

Analyse des fluctuations discrètes du courant d'obscurité dans les imageurs à semi-conducteurs à base de silicium et Antimoniure d'Indium

Le domaine de l'imagerie a toujours fait l'objet de curiosité, que ce soitpour enregistrer une scène, ou voir au-delà des limites de l'oeil humain grâce aux détecteursinfrarouges. Ces deux types d'imagerie sont réalisés avec différents matériaux. Dans le domainedu visible, c'est le silicium qui domine, car son absorbance spectrale correspond bien au spectrevisible et que ce matériau a été très étudié dans les dernières décennies. Dans le domainede l'infrarouge, plus particulièrement le MWIR (Middle Wave InfraRed), l'InSb est un boncandidat car il s'agit d'un matériau très stable. Cependant, certaines contraintes telles qu'unebande interdite étroite peuvent être limitantes et cela nécessite une température d'opérationcryogénique. Dans ces travaux, un signal parasite commun à ces deux matériaux est étudié : ils'agit du signal des télégraphistes (RTS : Random telegraph Signal) du courant d'obscurité. Cephénomène provient d'un courant de fuite de l'élément photosensible du pixel (photodiode).En effet, même dans le noir, certains pixels des imageurs vont avoir une réponse temporellequi va varier de façon discrète et aléatoire. Cela peut causer des problèmes de calibration, oude la mauvaise détection d'étoiles par exemple. Dans cette étude, deux axes principaux sontétudiés : la caractérisation du signal pour pouvoir mieux l'appréhender, et la localisation dessources à l'origine du RTS dans la photodiode afin d'essayer de l'atténuer
Computer Program, French, 2017