Front cover image for Henri Barbusse et la culture religieuse

Henri Barbusse et la culture religieuse

La nécessité du spirituel qui s'impose à Henri Barbusse (1873-1935) depuis ses plus jeunes années l'incite à poursuivre à travers son œuvre la quête d'une alternative à cette divinité dont il ne cesse de déplorer l'absence. À la fin du XIXe siècle, l'écrivain traduit son refus de toute transcendance en revendiquant le caractère sacré de son cœur, qu'il pressent comme la source de l'infini. Ses premiers écrits dénotent ainsi sa volonté de se forger une « religion du cœur », résolument immanente. Puis son expérience du front donne lieu à une profonde prise de conscience politique, non moins spirituelle cependant car elle éveille en lui une foi nouvelle. Il dépasse alors son individualisme d'avant-guerre pour orienter sa réflexion vers le collectif. En somme la Grande Guerre ne marque pas une rupture dans son œuvre littéraire, mais représente bien au contraire une évolution de perspective, voire même un accomplissement. Son adhésion au Parti communiste français en 1923 rend compte de la ferveur religieuse qu'il éprouve vis-à-vis de la révolution russe, et nous permet de comprendre que la doctrine marxiste incarne l'aboutissement de sa quête d'une alternative à Dieu. À partir de ces éléments, notre travail se propose d'étudier la manière dont Barbusse appréhende la culture religieuse, afin de montrer que cet aspect particulier de sa trajectoire intellectuelle révèle la profonde continuité qui caractérise son œuvre littéraire. À la fois acteur et témoin d'une époque en proie aux contradictions propres à la modernité, l'écrivain n'aura cessé d'affirmer dans ses écrits sa volonté d'exprimer les aspirations spirituelles de sa génération
Computer Program, French, 2016