Front cover image for La responsabilité de protéger à l'épreuve des faits : les expériences libyenne et tunisienne

La responsabilité de protéger à l'épreuve des faits : les expériences libyenne et tunisienne

Le principe de la responsabilité de protéger les populations civiles est un principe onusien qui tend à éviter ou à mettre fin à tout risque de génocide ou de crime contre l'humanité. Introduit pour la première fois par le rapport de la Commission Internationale de l'Intervention et de la Souveraineté de l'Etat (CIISE) en 2001 et adopté par l'Assemblée générale des Nations Unies en 2005, ce principe implique une reconsidération de la notion de souveraineté qui met à la charge de l'Etat l'obligation première de garantir la protection de la population civile contre l'apparition de conflits. Il comprend aussi l'engagement de la responsabilité subsidiaire de la Communauté internationale, en cas de défaillance avérée de l'Etat, pour intervenir en vue de garantir le maintien de la paix et la sécurité internationale.Cette combinaison binaire du principe de la responsabilité de protéger repose ainsi, selon le rapport de la CIIES, sur trois piliers à savoir la prévention, l'intervention et la reconstruction. Cependant, la mise en œuvre effective de ces trois piliers fait l'objet de multiples critiques doctrinales mais aussi pratiques qui remettent en cause l'efficacité de ce principe. Nous nous interrogerons sur sa filiation avec le concept d'ingérence internationale.La présente recherche a pour objectif d'étudier l'étendue du principe de la responsabilité de protéger sur le plan théorique et pratique. La première partie de ce travail tend à apporter une analyse juridique et doctrinale du principe de la responsabilité de protéger et d'en extraire toutes les ambigüités. La seconde partie aborde la question de la mise en œuvre effective du principe de la responsabilité de protéger et de ses limites en se référant à deux cas pratiques: La Tunisie et la Libye
Computer Program, French, 2021